L'HISTOIRE DE l'INDIEN

INTRO / Les Marchés.

  « L’Histoire de l’Indien est une histoire de famille .»

Elle commence en 1967. A l’époque, nos parents tiennent un stand à St-Ouen, avenue Michelet. Notre père est assis en tailleur, habillé en Indien, ce qui lui vaut son surnom. Avec son gilet long brocardé, et sa coiffe Indienne, il expose les vêtements qu'il crée la semaine. Vêtements hippies, style tzigane ou ethnique correspond à la mode du moment. Il achète à des surplus Américains, des capes qu'il modifie, revend et que le tout Paris achète.

Le baron de Lima, célèbre figure beatnik, nous amène tous les artistes qu'il côtoie : Demis Roussos, Cerrone, Pierre Billon... Toute la faune artistique se précipite chez nous si bien que nous finissons, entre autre, par habiller la comédie musicale Hair, puis plus tard la tournée « Magic Circus » de Johnny Hallyday.

Même les membres du groupe Scorpion viennent se vêtir chez nous !

 

I. Clignancourt 

L'Indien : ce surnom deviendra le nom de son magasin en 1971 aux puces de Clignancourt. rue des Rosiers, où toujours ancré dans la culture alternative, il commence à vendre ses premières fringues de rock. Créateur, il fabrique en partie les vêtements qu’il porte, qu’il vend. L’autre partie vient directement d’Angleterre.

Époque héroïque, âge d’or, c’est l’apogée du Punk, du hard rock, du kilt, du perfecto, des clous, des patchs et des T-Shirt de groupes. Les ventes se font en dansant sur fond de Santana, ou de Satisfaction des Rolling Stones ! Les best seller sont Slayer, Anthrax, Iron Maiden…

  « L’ascension se poursuit. Des GRANDS NOMS passent au magasin tels que METALLICA, NIRVANA, LOUDBLAST, TRUST, TELEPHONE, …»

Nous déménageons au 8 Rue du Croissant dans le II eme arrondissement de Paris. Nous passons de détaillant à grossiste, et nous fournissons la plupart des magasins de rock du moment. Entre autre, nous fabriquons les premiers pantalon punk, en tartan écossais zippé, que nous expédions même aux Etats-Unis !

Les années 1980 voient aussi l’apparition du New Wave avec l’émergence des Cure, Dépêche Mode...Mais aussi dans le rock, celle de Black Sabbath, Ozzy Osbourne, AC/DC... Mais de 1995 à 2000 le rock s’écroule avec l’avènement de la culture hip-hop et l’émergence des groupes tels que Public Enemy, Wu-Tang Clan. La fréquentation des puces change. Les clients désertent et notre père est emporté par des problèmes de santé. Passage à vide.

 

II. Prise de la Bastille. 

En 2001, nous gardons encore un moment le magasin des puces, mais décidons de partir s’installer à Bastille, où nous prenons une petite boutique 36 rue Keller. Tout recommence avec une nouvelle génération de jeunes qui redécouvre le rock et le grunge de Nirvana.

  « Le monde se bouscule. On nous surnomme "La boutique du Pogo".»

C'est la renaissance au début grâce au reggae/ragga avec la grande période Pierpoljak,Tiken Jah Fakoly . Mais le néo métal vient balayer tout ca dans la même période ! Korn, Slipknot, SOAD, Deftones…font désormais partie du décor, et imposent leur look ! C’est l’époque du baggy, et du t-shirt XXL ! Cette nouvelle clientèle remet à la mode badges, clous et t-shirts de groupes.

 

III. Développement. 

Dans notre 40M² on étouffe, il nous faut nous agrandir, en 2003, nous ouvrons une seconde boutique au 30 Rue Keller, fermons temporairement celle du 36, et définitivement celle des Puces. La scène continue à nous suivre, et c’est désormais des artistes, comme Pleymo, Darkness Dynamite, Luke, La Ruda...qui nous rendent visite. Dans le même temps, nous ouvrons la première version de notre site internet.

En 2007, une nouvelle génération débarque. C’est celle des fameux Emo. Exit le look vestimentaire large. Place au slim, vans slip-on et vêtements hyper colorés ! Nous ouvrons à nouveau, après travaux la boutique du 30 Rue Keller pour les satisfaire. Nous avons désormais 2 boutiques !

Facebook fait son apparition, et nous créons notre page qui compte désormais plus de 98 000 fans ! Quelques années plus tard, en 2009, c’est la vague des teenagers fans de Tokio Hotel, Indochine et des groupes de Visual key Japonais qui font vivre la scène. La boutique du 30 rue keller s’oriente vers le Goth Lolita. Les anciens clients, viennent désormais habiller leurs enfants !

En 2009, nous ouvrons notre troisième shop au 25 Rue Keller. Streetwear, mais toujours dans la culture alternative. Elle est plus éclectique et plus adulte. Une deuxième mouture du site voit le jour. 

 

FINAL / Remerciements.

Aujourd’hui, toujours dans le rock, nous sommes encore là, à faire notre possible pour vous satisfaire, en cherchant sans cesse de nouvelles marques, en organisant des événements, des concours, des séances de dédicaces et autres.

Merci à tous de faire vivre la scène, aux artistes d’exister et de nous soutenir, car c’est grâce à vous si aujourd’hui nous sommes là !

A bientôt !

La Famille (Myriam, David, Manu, Sonia) & les employés !